Education, Français

La moralisation du capitalisme

L’évolution du capitalisme s’est accompagnée, depuis ses balbutiements tant de discours et de critiques que d’innovations et de représentations allant dans le sens de son développement et de sa légitimation.
En effet, selon certaines lectures de la réalité produites de nos jours, par les sciences économiques notamment, il peut être soutenu que l’économie capitaliste a ainsi toujours été l’objet d’une visée politique et morale.

 

Résultats de recherche d'images pour « capitalisme »

Crédits: Openminded

Related image

Crédits : Mail & Guardian 

Le capitalisme néolibéral

En premier lieu, la pensée libérale classique souscrit à un principe d’«intérêt» selon lequel le bien-être collectif peut être atteint en laissant chacun poursuivre ses propres aspirations individuelles.

La complexité rendrait ingouvernable les sociétés modernes en fonction de volontés collectives ou mêmes individuelles dirigées vers des finalités de justice sociale ou d’assouvissement de besoins. L’alternative prônée par Hayek est de fonder une cohésion sociale sur des règles abstraites auxquelles doivent être soumis les individus pour guider leurs actions. Ce sont la concurrence et l’intérêt individuel qui développeraient le capitalisme néolibéral.

 

Image result for entreprise

Crédits : Small business trends

Le principe phare de l’organisation de la vie économique et sociale devrait donc plutôt être celui de l’ordre marchand spontané, libéré de l’entrave de toute forme d’organisation collective. Le projet politique néolibéral, inspiré de cette pensée, est ainsi à la fois de libérer l’État de tels groupes organisés et de dissoudre toute représentation collective d’intérêts – y compris sur les milieux de travail – au profit de l’instauration à plus grande échelle de mécanismes de marché et de concurrence.

 

Résultats de recherche d'images pour « sous organisations »

Crédits: Businesscollective

Related image

Crédits : Freshbooks 

La gouvernance des grandes entreprises

On retrouve notamment des traces de ces principes dans la gouvernance contemporaine d’organisations, tout spécialement celle des grandes entreprises tandis que dans ses formes antérieures, leur organisation était largement isolée de toute forme de logiques marchandes.

Dans une visée d’économie de coûts de main d’œuvre, de protection contre les aléas du marché et de maintien de la compétitivité en contexte de concurrence mondialisée, des corporations commencent progressivement à partir des années 80 et 90 à fragmenter en sous-organisations leurs secteurs d’activité.

De cette façon, les différentes étapes du processus de production et de mise en marché de biens et services sont prises en charge par des sous-organisations autonomes. Celles-ci collaborent dès lors entre elles davantage selon un mode de relations contractuelles marchandes inter-entreprises que dans une logique de coopération entre collègues, malgré le fait que les employés soient tout de même ultimement engagés par la même entreprise et partagent un même espace de travail[5].

Résultats de recherche d'images pour « apple »Related image

Crédits : Toulouse micro

L’organisation de la production

Les activités réellement reliées à la compagnie d’appareils électroniques Apple, par exemple, se rapportent avant tout au design et à la mise en marché des produits tandis que la production des différentes composantes et l’assemblage des appareils sont effectués par une constellation d’entreprises externes.

On leur transfère de cette façon un maximum des risques et du poids des fluctuations du marché, en leur offrant des contrats dont l’importance varie en fonction de l’ampleur des volumes de production demandés, selon la logique toyotiste de production en «juste à temps».

Image result for entreprise

Crédits : Business consulting

En conformité avec les propositions de Hayek susmentionnées, les mécanismes de marché pénètrent ainsi l’organisation de la production, tant à l’échelle d’entreprises – périphériques, en l’occurrence – que des rapports interpersonnels entre employés. La production passant désormais par l’allocation de contrats temporaires aux sous-entreprises, ces dernières se retrouvent dans un rapport de concurrence entre elles pour l’offre des meilleures performances à l’entreprise cliente.

 

Bibliographie 
[1] Anne Salmon, « Éthique et intérêt: quels mobiles pour “l’entreprise providence” ? », Revue Française de Socio-économie: Sciences sociales et pratiques économiques 4, no 2 (2009): 40.
[2] Anne Salmon, « Néolibéralisme, nouveau management et plaisir », Connexions, no 103 (2015): 24.
[3] Gilles Dostaler, Le Libéralisme de Hayek, Repères 310 (Paris: La Découverte, 2001), 70‑71.
[4] Salmon, « Néolibéralisme, nouveau management et plaisir », 26.
[5] Ibid., 28‑29.
[6] Jean-Pierre Durand, La chaîne invisible: travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire (Paris: Éditions du Seuil, 2004).
[7] Ibid., chap. 5: fragmentation des marchés du travail et mobilisation des salariés.
[8] Viviana A. Rotman Zelizer, Economic Lives : How Culture Shapes the Economy (Princeton: Princeton University Press, 2011), chap. Ethics in the Economy.
[9] Salmon, « Éthique et intérêt », 51‑52.
[10] Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde: essai sur la société néolibérale (Paris: La découverte, 2009), 311.
[11] Durand, La chaîne invisible, chap. Introduction.
[12] Salmon, « Néolibéralisme, nouveau management et plaisir », 27‑28.
[13] Salmon, « Éthique et intérêt », 52‑53.
[14] Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme (Paris: Gallimard, 1999), 133.
[15] Salmon, « Éthique et intérêt », 45.
[16] Salmon, « Néolibéralisme, nouveau management et plaisir », 36.
[17] Dardot et Laval, La nouvelle raison du monde, 411.
[18] Salmon, « Éthique et intérêt », 48.
[19] Salmon, « Néolibéralisme, nouveau management et plaisir », 36.
[20] Karl Polanyi, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », dans Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Série Anthropologie (Paris: Larousse université, 1974), pp. 239‑60.

Click here for reuse options!
Copyright 2016 An authentic online publishing house