Nantes/ Sklaverei-Museum

Plan, profil et distribution du navire La Marie SŽraphique de Nantes, armŽ par Mr Gruel, pour Angole, sous le commandement de Gaugy, qui a traitŽ ˆ Loangue, dont la vue est cy-dessous la quantitŽ de 307 captifs (...) Le tableau reprŽsente le navire le long des c™tes africaines. Des pirogues y transportent les captifs rŽcemment achetŽs. Au dessus de cette image, une vue en "plan, profil et distribution du navire" montre son amŽnagement, de la cale au pont supŽrieur. L'entrepont avec sa cargaison de captifs est un document sans Žquivalent dans les collections publiques. Il montre la disposition de ceux et celles qui, bient™t vendus aux colons, s'apprtent ˆ traverser l'Atlantique. La prŽcision des notes manuscrite qui accompagne l'image, notamment certains dŽtails telle la mise ˆ l'Žcart de malades, est prŽcieuse pour l'historien. Sans parler de l'entassement, dont l'image jusque-lˆ connue ˆ travers les gravures abolitionnistes avait toujours ŽtŽ dŽlibŽrŽment exagŽrŽe. Cartel : Une traversŽe ˆ bord de la "Marie-SŽraphique" Ce document est exceptionnel ˆ plusieurs titres. Il reprŽsente l'arrivŽe des esclaves acquis par le capitaine Gaugy ˆ bord de la "Marie-SŽraphique", navire nŽgrier nantais armŽ par Gruel. Au nombre de 307, ces hommes, femmes et enfants, traitŽs ˆ Loangue, sont amenŽs par les pirogues qui s'approchent du navire. Fait encore plus rare, les contenus dŽtaillŽs de la cale, de l'entrepont et du pont, indiquŽs au-dessus de cette aquarelle, nous renseignent sur la manire dont s'organise la traversŽe. L'entassement des captifs, leur position notŽe avec minutie jusqu'ˆ rŽvŽler la prŽsence de plusieurs d'entre eux enveloppŽs de linge, car sans doute souffrants, au milieu de l'entrepont, sont autant de tŽmoignages visuels qui confirment combien la traversŽe de l'Atlantique Žtait une Žpreuve difficile. L'horreur de ce commerce peu reprŽsentŽ car jugŽ "comme un autre", appara”t ici clairement. Ce document a sans doute ŽtŽ rŽalisŽ ˆ la demande de l'armateur. Le

Plan, profil et distribution du navire La Marie SŽraphique de Nantes, armŽ par Mr Gruel, pour Angole, sous le commandement de Gaugy, qui a traitŽ ˆ Loangue, dont la vue est cy-dessous la quantitŽ de 307 captifs (…)
Le tableau reprŽsente le navire le long des c™tes africaines. Des pirogues y transportent les captifs rŽcemment achetŽs. Au dessus de cette image, une vue en “plan, profil et distribution du navire” montre son amŽnagement, de la cale au pont supŽrieur. L’entrepont avec sa cargaison de captifs est un document sans Žquivalent dans les collections publiques. Il montre la disposition de ceux et celles qui, bient™t vendus aux colons, s’apprtent ˆ traverser l’Atlantique. La prŽcision des notes manuscrite qui accompagne l’image, notamment certains dŽtails telle la mise ˆ l’Žcart de malades, est prŽcieuse pour l’historien. Sans parler de l’entassement, dont l’image jusque-lˆ connue ˆ travers les gravures abolitionnistes avait toujours ŽtŽ dŽlibŽrŽment exagŽrŽe.
Cartel : Une traversŽe ˆ bord de la “Marie-SŽraphique”
Ce document est exceptionnel ˆ plusieurs titres. Il reprŽsente l’arrivŽe des esclaves acquis par le capitaine Gaugy ˆ bord de la “Marie-SŽraphique”, navire nŽgrier nantais armŽ par Gruel. Au nombre de 307, ces hommes, femmes et enfants, traitŽs ˆ Loangue, sont amenŽs par les pirogues qui s’approchent du navire. Fait encore plus rare, les contenus dŽtaillŽs de la cale, de l’entrepont et du pont, indiquŽs au-dessus de cette aquarelle, nous renseignent sur la manire dont s’organise la traversŽe. L’entassement des captifs, leur position notŽe avec minutie jusqu’ˆ rŽvŽler la prŽsence de plusieurs d’entre eux enveloppŽs de linge, car sans doute souffrants, au milieu de l’entrepont, sont autant de tŽmoignages visuels qui confirment combien la traversŽe de l’Atlantique Žtait une Žpreuve difficile. L’horreur de ce commerce peu reprŽsentŽ car jugŽ “comme un autre”, appara”t ici clairement. Ce document a sans doute ŽtŽ rŽalisŽ ˆ la demande de l’armateur. Le